Terr'Azïl Story

Terr’Azïl Story n°1 : Une rencontre au Bout du Monde​

C’est le nom d’un camping où a lieu un rassemblement annuel de familles non-sco.
Noémie et Blaise cherchaient une habitation pour accueillir la naissance de leur bébé. Cela tombait bien, Greg et Jade avaient une jolie maison à leur proposer…
Après un premier repas partagé tous les 8, ils aménageaient le 27 Octobre, jour de l’anniversaire de Greg ! Et à peine deux semaines plus tard, Nako arrivait pour devenir la neuvième tête d’une tribu en devenir 🙂
Être voisins nous a permis pendant ces 8 premiers mois de voir si cela « matchait » entre nous. Nous avons ainsi tisser des liens solides et d’expérimenter la vie en collectif.

« La simplicité, la profondeur, et la sincérité remplissaient nos échanges. »

L’envie d’avancer ensemble sur un chemin de traverse parfois rempli d’embûches s’est imposée à nous…
Heureux hasard! Ou pas 😉


Le vécu de Jade:
Depuis quelques semaines Greg et moi, sommes en proie au doute, « habitat groupé or not habitat groupé? » Nous profitons des vacances au camping du bout du monde, à retrouver des ami·es pour changer d’air. Et là, Blaise passe devant moi, au milieu de cette prairie du Bout du Monde.
Je ne l’ai vu qu’une fois, il y a 3 ans lors d’une présentation d’école démocratique chez les Colibris. Je l’ai aussi aperçu au détour d’une recherche sur le site d’EUDEC France.

« Pourquoi et comment une si brève rencontre est restée gravée dans ma mémoire? »

Et là, il traverse devant moi.
Ni une, ni deux, je prends mon courage à deux mains et je vais interpeller Blaise, pour qui je suis encore une inconnue. Bien m’en a pris puisque j’apprends qu’avec sa famille, ils sont dans l’idée de créer un écolieu ! Je souris intérieurement de « ce signe », mon excitation est à son comble. Cependant, je continue la conversation avec calme et retenue. C’est en rentrant auprès des miens que mon enthousiasme explose. Plus tard, j’apprendrais que le même enthousiasme avait animé Blaise en rentrant auprès de Noémie et Itzae.
En attendant, ils cherchent un lieu pour habiter avant la naissance de leur bébé. Et ça tombe bien, nous avons ce qu’il faut sous la main. Après un premier repas partagé tous les 8, presque 9, ils aménagent le 27 Octobre 2018. La neige arrive avec eux. Comme si nous rentrions dans une nouvelle ère. Et 2 semaines plus tard, c’est la naissance de Nako!

« J’ai l’intuition que tout s’est déroulé jusque là pour nous mener exactement à cette rencontre. »

|
Le vécu de Blaise :
Depuis quelques semaines nous cherchons une maison avec un peu plus de confort pour accueillir le futur bébé qui va nous rejoindre. Nous vivions dans un bus, et à 4 ça allait commencer à nous faire petit.
Pendant le séjour, Itzae est malade le temps d’une journée. Et Noémie et moi prenons soin de lui.

« Le soir, je sors prendre l’air. Je sens que j’en ai besoin et peut-être que je ressens quelque chose de spécial. »

Et je retrouve des ami·es qui sont en train de parler de méthode de prise de décision ou encore de Sociocratie. Des sujets qui m’intéressent particulièrement. C’est à ce moment que je me souviens de ma rencontre avec Jade et Greg. Elle, transpire de joie et de bonne humeur à mes yeux . Lui, paraît doux et curieux de ces problématiques. Un premier contact ultra agréable.
Le lendemain je retrouve des amis qui connaissent peut-être une petite maison qui va se libérer à Massat. Jade témoin de la scène lance une remarque : « Comme ça on se retrouverait tous à Massat, comme le hasard est bien fait ! »
Quelques jours après le passage au bout du monde, la maison de Massat n’est finalement pas disponible. En revanche Jade m’appelle pour me dire: « Hé! Au fait nous, on a une maison où vous pourriez emménager. Cela vous dit qu’on se rencontre pendant 3 jours ? » Au final nous passons une journée ensemble.

« Noémie et moi en sommes ressortis avec beaucoup d’enthousiasme, de soulagement et comme la confirmation qu’une bonne étoile existe quelque part. »



Chacun·es à notre rythme, depuis ce jour du 27 octobre, blanc comme une nouvelle page d’un livre, nous apprenons à nous connaître, à vivre ensemble, à créer quelque chose qui nous ressemble. Ainsi, notre respect de la nature humaine dans toutes ses dimensions et notre amour pour l’enfance sont les fils qui tissent notre lien de plus en plus solide et confiant. Finalement, notre tribu Terr’Azïl était une graine qui germait depuis 3 ans et tout conspirait autour de nous pour la voir éclore !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *